Réaction de Richard Vainopoulos concernant la prise de position de Jean-Pierre Mas sur la responsabilité des agents de voyage

richard

Réaction de Richard Vainopoulos concernant la prise de position de Jean-Pierre Mas sur la responsabilité des agents de voyage

Face à la prise de position de Jean-Pierre Mas, président des Entreprises du Voyage, attribuant la responsabilité de plein droit aux agences de voyage, Richard Vainopoulos, président et fondateur du réseau Tourcom, nous fait part de sa réaction.

Le Président de TourCom s’insurge…

En réponse aux récentes déclarations du président des Entreprises du Voyage, Richard Vainopoulos, président de TourCom s’insurge et considère cette prise de position comme une grave erreur.

Dans ses explications, il déclare s’être battu depuis 20 ans, seul contre tous, pour la responsabilité partagée de tous les opérateurs touristiques intervenant dans le cadre d’un voyage à forfait. « Je ne comprends pas du tout ce qui se passe dans la tête de Jean-Pierre Mas… estime le président de TourCom.

Depuis la parution du décret Demessine en 1994, qui rend le vendeur responsable, toutes les instances dirigeantes s’accrochent à ce texte. Une manière d’assurer la traçabilité au consommateur, bien avant l’application du principe dans l’alimentation. C’est dire que ce métier est avant-gardiste !

Vingt années de lutte acharnée

Depuis 20 ans, Richard Vainopoulos se bat pour une responsabilité partagée : celle du TO pour les produits, de l’agent de voyage pour la vente et l’information, ET des transporteurs pour leurs prestations. Le président de TourCom cible particulièrement les transporteurs aériens car ils sont à l’origine de 30% des litiges. Depuis, il a essuyé le refus des instances, dont celui de la Snav, EdV, APST et Seto. Il a bénéficié de l’appui des commissaires européens, mais pas celui des fonctionnaires de Bercy, favorable aux sollicitations des instances.

Pour Richard Vainopoulos, « Ce n’est donc pas le ministre qui est à blâmer », mais les dirigeants de ces instances, incluant leurs secrétariats généraux, à l’exception d’Alix Philipon, l’actuelle présidente de l’APST. Heureusement, le décret permet de mettre les fournisseurs en garantie, offrant ainsi la possibilité d’attaquer ceux qui sont en faute. Beaucoup de procès ont d’ailleurs été remporté sur ce plan.

Et Richard Vainopoulos d’ajouter en guise de conclusion : « Pour que les choses soient claires, je souhaite que le SNAV prenne officiellement position sur ce sujet (…) Quand on veut de la com’, il faut bien la faire… et bien expliquer le tout. Il semblerait que Jean-Pierre Mas l’ait oublié. D’où ma demande sur le Doliprane… »

Author Info

admin

No Comments

Post a Comment