L’Iran, nouvel Eldorado touristique ?

iran

L’Iran, nouvel Eldorado touristique ?

Richard Vainopoulos, président fondateur du réseau TourCom livre une analyse pertinente sur l’ouverture progressive de l’Iran et les possibilités touristiques qu’elle génère. Iran, une nouvelle destination de rêve ? Pas pour tout de suite apparemment.

 

Une croissance constante du tourisme depuis l’élection de Rohani

Il a fallu attendre l’accession d’Hassan Rohani réformateur et modéré à la tête de l’Iran en 2013 pour que le tourisme redémarre véritablement  avec un nombre de visiteurs en hausse de 42 % sur 2 ans. De 3 354 000 en 2011, ils sont passés  à 4 769 000 en 2013. Il faut dire que les évènements du 11 septembre 2001 et la guerre en Afghanistan ont eu un impact négatif terrible sur le tourisme dans le pays.

La plupart de ces touristes viennent ainsi d’Asie, la destination Iran étant fortement déconseillée aux ressortissants de l’Union européenne et surtout des Etats-Unis.

 

De nombreux touristes attendus…

La levée des sanctions économiques internationales consécutives à l’accord sur le nucléaire a marqué une nouvelle étape dans le redémarrage du secteur touristique. L’Iran affiche même ouvertement des ambitions quelque peu démesurées, visant 20 millions de touristes par an d’ici 2025. Le World Travel and Tourism Council a quant à lui établi des prévisions plus réalistes, tablant sur 5 millions de touristes par an sur les années à venir.

 

… mais des infrastructures quasiment absentes

Malgré cette croissance spectaculaire, l’Iran fait face à un problème majeur : le manque criant d’infrastructure, tant au niveau des transports que de la capacité d’accueil. Cette dernière était ainsi de l’ordre de 200 000 places-lits en 2012. Il en faudrait au minimum deux fois plus pour accueillir 5 millions de touristes.

Heureusement, bien conscient de ce retard, le gouvernement iranien a mis en place une politique de modernisation et de remise à niveau rapide de ses infrastructures. Le groupe Accor a ainsi déjà annoncé, avec d’autres groupes d’envergure internationale, qu’il créerait de nouveaux établissements dans le pays.

Il existe d’autres problèmes sous-jacents à résoudre au plus vite au premier rang desquels les grosses difficultés rencontrées par les ressortissants européens qui souhaitent obtenir des visas. L’autre souci majeur est d’ordre culturel, l’interdiction de l’alcool et l’obligation pour les femmes de porter le voile sont de gros freins à l’émergence d’un tourisme hédoniste, malgré les atouts naturels indéniables du pays. Ainsi, la plupart des touristes qui se rendent en Iran appartiennent à une clientèle de niche, principalement friande de sites culturels et de beaux paysages.

Author Info

admin

No Comments

Post a Comment