La SNCF se sépare d’Airbnb

La SNCF se sépare d’Airbnb

La SNCF a renoncé à son projet de partenariat avec la plateforme collaborative Airbnb. C’est la fin du cauchemar pour les professionnels de l’hôtellerie qui se sont vivement opposés à ce projet d’alliance. Et selon Richard Vainopoulos, le dirigeant de TourCom, il s’agit d’une très bonne décision, puisque ce partenariat incite à la location illégale.

Un danger pour l’ensemble du secteur

Les hôteliers seront les premières victimes du partenariat qu’a envisagé de mettre en place la SNCF avec Airbnb. Ils risquent de perdre beaucoup de clients. En effet, comme la plateforme bénéficie d’un appui d’une grande entreprise publique parisienne, elle dissuadera les gens à la rejoindre rapidement.

Pour Richard Vainopoulos, l’activité de cette entreprise américaine repose sur une incitation à la fraude, sur l’amateurisme et sur la location illégale. « D’un coté, l’entreprise s’engage aux côtés de l’État pour pousser ses utilisateurs à déclarer leurs revenus, et de l’autre son succès actuel repose sur une incitation tacite à la fraude. », a-t-il annoncé.

Les locataires poussés à ne pas déclarer leurs gains pourraient faire l’objet de redressement fiscal et risqueraient de lourdes pénalités. Et les locataires ayant recours à ce service ne seraient pas couverts en cas d’accidents. L’entreprise californienne annonce proposer aux adhérents une couverture à hauteur de 800 000 euros. Toutefois, pour en bénéficier, il faut remplir plusieurs conditions, a encore précisé le dirigeant de TourCom.

Ce système présente ainsi un danger énorme pour l’ensemble des acteurs du secteur. Et face à la colère des syndicats, la SNCF a décidé d’abandonner son projet.

 « La Mairie devrait soutenir les entreprises françaises »

Pour Richard Vainopoulos, au lieu de soutenir le développement d’une entreprise étrangère, en lui faisant un tel coup de pub, Anne Hidalgo devrait plutôt prendre des mesures afin d’encourager les professionnels du secteur. « La Maire de Paris doit être plus à l’écoute des acteurs du tourisme, au lieu de les mettre quotidiennement en difficulté », a-t-il annoncé. Ce partenariat avec Airbnb aurait tué à petit feu les entreprises françaises du secteur.

Selon lui, pour protéger les entreprises locales, Anne Hidalgo devrait s’inspirer de la politique mise en place à Barcelone. La ville impose des sanctions musclées pour lutter contre la location illégale.

Author Info

admin

No Comments

Post a Comment