Entrevue avec Richard Vainopoulos, président du réseau TourCom

richard-vainopoulos

Entrevue avec Richard Vainopoulos, président du réseau TourCom

Actuellement premier réseau d’agences de voyages européen, TourCom, présidé par Richard Vainopoulos, développe de nouveaux produits. Avec ses 5000 points de vente dans toute l’Europe et une présence effective en France, TourCom est également partenaire d’Avitour et RKT.

Quelle est la situation actuelle de TourCom ?

TourCom dispose actuellement de 800 points de vente en France. Sur les 2,4 milliards d’euros de volume d’affaires, le département business en rapporte 1,6 milliard. Cette année, soixante nouvelles agences ont rejoint le réseau et nous avons dû nous séparer de quarante autres. Après la signature des partenariats avec Avitour et RKT, nous sommes aujourd’hui présents dans onze pays avec 4000 points de vente.

Vous pensez à vous développer davantage au niveau international ?

Oui bien sûr. Nous privilégions les relations et les collaborations avec les acteurs européens pour européaniser le réseau, et ça marche. Nous avons actuellement plusieurs produits en commun avec nos partenaires et il nous arrive d’en acheter ensemble. À titre d’exemple, les autocars Flixbus de RKT et TUI Allemagne font désormais partie des offres que nous mettons à la disposition de nos adhérents et les agences de Belgique proposent des TO français.

Nous collaborons également avec Aerticket, avec une participation de 50 %, ce qui nous permet de profiter des offres aériennes en BtoB de ce consolidateur allemand, et des avantages tarifaires pour les agences qui vendent les billets qui ne sont pas IATA.

Qu’en est-il de TourCom Réceptifs ?

Avec les services de TourCom Réceptifs restructurés, 90 réceptifs dans 70 pays, nous sommes passés de 22 millions d’euros l’année dernière à environ 40 cette année. Le sur-mesure se vend bien sans léser les tour-opérateurs. Bien que nous ayons cessé de proposer Fram depuis septembre, notre part en tour-operating s’en sort avec 2 % d’augmentation.

TourCom ne pense pas référencer Fram ?

Jusqu’ici, non. La vente des Framissima, la prise des créneaux à Toulouse et Bordeaux par TUI et Thomas Cook, la concurrence due au large choix de fournisseurs en région ont aussi fait que les agences ont délaissé Fram.

Qu’avez-vous à dire à Selectour ?

Deux mots : bon courage.

Author Info

admin

No Comments

Post a Comment